• Le cimetière de Loyasse fête ses 200 ans


    Le cimetière de Loyasse fête ses 200 ans par TLM69


    Le cimetière de Loyasse, créé en 1807, est le plus ancien cimetière de Lyon. Il est situé dans le 5e arrondissement de Lyon 43, rue du Cardinal-Gerlier.

    Dès 1775, le problème de l'inhumation se pose à Lyon : une assemblée ecclésiastique se plaint au roi que les cimetières jouxtant les églises de la ville « débordent ». Celui du quartier dense du Vieux Lyon jouxte l'église Saint-Just. Il faut attendre l'année suivante, le 10 mars 1776 et la déclaration royale de Louis XVI qui fixe les règles de sépultures en huit points. Cette disposition n'a pas d'effet et il faut encore attendre le décret du 23 prairial an XII (12 juin 1804). Ce décret régit encore les cimetières français dans leurs dispositions essentielles. La ville de Lyon se met en quête d'un terrain pour y bâtir son nouveau cimetière et pense d'abord à Grange Blanche mais le clergé refuse. Le cardinal Joseph Fesch obtient un décret le 6 décembre 1806 qui stipule qu'il y aura trois cimetières à Lyon : le cimetière de la Croix-Rousse, le cimetière de la Guillotière et le « cimetière de Saint-Just  » (qui portera finalement le nom de Loyasse). Il est impossible d'agrandir le cimetière qui jouxte l'église de Saint-Just ce qui pousse la ville à proposer, le 2 mai 1807, d'acquérir le domaine du Rivay à Loyasse.

    Malheureusement le site s'avèrera mal-commode. On s'aperçoit qu'il est exposé à tous les vents : en 1825, la croix qui orne l'entrée du cimetière est abattue par la tempête. Les murs sont endommagés par une tornade en 1847 et deux mille tuiles doivent être remplacées. Le terrain n'est guère plus propice : il est situé à l'ouest du plateau de la Sarra sur un terrain instable qui occupe les ruines romaines de la partie ouest de Lugdunum. Le terrain est instable à tel point que dès 1810, le mur de la terrasse s'effondre. La nature imperméable du terrain empêche même la décomposition des corps ...

    De plus, le cimetière est très difficile d'accès car situé à l'extrémité de la ville d'alors et de surcroît, au sommet du plateau qui domine le centre de Lyon de plus de cent mètres : on accède au plateau par des escaliers abrupts ou bien par des détours considérables. Le transport des corps sera tout de même amélioré lors de la création du funiculaire entre Saint-Paul et Fourvière le 6 décembre 1900 puis du train entre Fourvière et le cimetière.

    Outre le fait qu'étant placé sur les hauteurs de la ville de Lyon, à la limite de la commune de Sainte-Foy-les-Lyon, il permet d'avoir une très belle vue sur le centre de Lyon, il offre surtout une panoplie de styles impressionnante.

    Les tombes qui y sont édifiées ont suivi les modes architecturales de leur époque et les particularités de ceux qui y reposent. On y rencontre quelques tombes des premiers temps en forme de sarcophages, de simples tombeaux avec gisants, des effigies et des bustes d'artistes locaux, des monuments de style art déco, néo classiques ou néo gothiques dont certains sont magnifiques et encore en excellent état.


    Lyon_Loyasse_028.JPG

     Exemple de Pietà, sculpture de Charles Dufraine (source : Wikipédia)

     

    Nombreux sont les effigies et les bustes représentant des artistes locaux, peintres, architectes... et des personnalités, les maires de Lyon par exemple avec les portraits d'Antoine Gailleton ou d'Édouard Herriot près de l'entrée du cimetière.

    On y découvre aussi au hasard des allées, des monuments en forme de pyramide, celui d'Anthelme, Nizier Philippe dit Maître Philippe, un mystique chrétien dont la tombe est constamment et abondamment fleurie et le grand if qui l'abrite porte de nombreux petits papiers pliés comme autant d'ex votos, celui de la famille Guimet avec son dôme de plaques colorées ou celui de la famille Pléney aussi qui domine tous les autres avec sa pyramide de plusieurs mètres de haut qui se termine par une magnifique sculpture représentant un pleureur dont le chagrin s'écoule dans un vase. (source : Wikipédia)

    « La meilleure de toutesSur le fil de la vie »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Septembre 2013 à 20:11
    lemenuisiart

    voici un site que je ne visiterai pas , comme tous les cimetières

    A bientôt

    2
    Jeudi 19 Septembre 2013 à 23:13
    flipperine

    le cimetière un lieu où j'aime me promener quand j'étais au nord on habitait près du cimetière et c'était aussi notre terrain de jeux, c'est là que j'ai appris à faire du vélo un cimetière  ce n'est pas si triste qu'on peut le dire et on a jamais vu de feux follets

    3
    Samedi 21 Septembre 2013 à 12:18
    Thaddée

    Et pourtant tu crois dur comme fer comme revient de la mort.

    4
    Samedi 21 Septembre 2013 à 12:18
    Thaddée

    J'ai vu des feux follets, une nuit, il y a longtemps. De quoi me conforter dans l'intime conviction qu'on survit d'une façon ou d'une autre.

    5
    Samedi 21 Septembre 2013 à 12:29
    Thaddée

    Ce n'est pas les Romains qui auraient commis une erreur pareille, pas vrai Midolu ? Je t'embrasse, passe un beau week-end.

    6
    Samedi 21 Septembre 2013 à 12:46
    lemenuisiart

    Tu as raison, mais pour moi on est deux, un corp et l'esprit . Le corp n'a pas d'importance, mais c'est l'esprit qui rentre dans un nouveau corp.

    C'est comme pour les voitures quand elle est vieille on en achète une neuve mais le conducteur reste le même.

    J'espère bien de revoir sur mes blogs , tes bons commentaires me manque

    A bientôt

    7
    Samedi 21 Septembre 2013 à 12:58
    Thaddée

    Oui je vais revenir très vite sur tes blogs Christian, tes articles et ton Ichat me manquent aussi. Ton exemple avec la voiture est super, super, super. Tu as de l'esprit ! jamais je n'aurais pensé à ça ! A très vite, amitiés, et bien sûr douce caresse à ton Ichat.

    8
    midolu
    Samedi 14 Décembre 2013 à 10:05
    midolu

    Un exemple édifiant de l'importance de bien réfléchir à la nature du sol, à l'exposition, à la situation géographique, lorsqu'il s'agit de construire et d'implanter un site appelé par nature à durer et à survivre aux hommes.

    En plus de toutes les contingences économiques et politiques ...

    Merci pour cette présentation.

    Bonne fin d'après-midi, Thaddée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :