• Le pont siphon de Beaunant (Sainte-Foy-lès-Lyon)

    Comme je le craignais, pas de gladiateurs à cause de la pluie. Le festival est reporté au mois de septembre. Entre temps, je participerai au mois de juillet à une excursion à Chaponost : visite guidée de l'aqueduc du Gier. Je n'ai encore jamais vu les vestiges d'aqueduc à Chaponost mais d'après les vieilles cartes postales que j'ai eues sous les yeux, ce sont sans doute les plus impressionnants de tous. Pas de Festival de l'Aqueduc, donc, mais j'ai fait un tour à l'exposition de la Maison de l'Aqueduc, Route de la Libération à Sainte-Foy-lès-Lyon, et j'ai récupéré plein de documents sur les randonnées-découvertes de l'aqueduc du Gier, le pont siphon des Planches à Ecully, l'aqueduc de la Brévenne, et l'écriture latine : un trésor pour moi qui aime tant les civilisations antiques et l'héritage culturel qu'elles nous ont transmis à travers les siècles. Route de la Libération, sont implantés de très grands et très beaux tronçons de l'aqueduc de Beaunant que j'ai photographiés sous la pluie dans les grandes largeurs. Je devrai diviser l'article en plusieurs parties, étant donné le grand nombre de photos que j'ai prises. Et j'en profite pour refaire le point sur les 4 aqueducs romains de Lugdunum et le pont siphon de Beaunant.

     

    Les 4 aqueducs romains de Lugdunum

     

    DSCI0001.JPGUn aqueduc est un conduit construit pour transporter de l'eau, eau pour la consommation, pour les bains et piscines, pour les installations somptuaires (fontaines, cascades, etc).

    Successivement quatre aqueducs ont été construits.

    Le premier venait des Monts d'Or ; deux prenaient leur eau dans les monts du Lyonnais, l'aqueduc de l'Yzeron et l'aqueduc de la Brévenne. Le quatrième et dernier, le plus récent et le plus long, l'aqueduc du Gier, captait son eau au pied du Mont Pilat au-dessus de Saint-Chamond.

    Avec plus de 200 km de canalisation, les aqueducs de Lugdunum constituaient l'ensemble le plus important, après celui de Rome, des grands travaux hydrauliques réalisés pour une ville de l'Antiquité.

    DSCI0004-2.jpg

     

    Comment un aqueduc romain est-il fait ?

    C'est, normalement, un canal maçonné, revêtu d'un enduit étanche en mortier de tuileau (terre cuite concassée mêlée à la chaux), voûté en plein cintre.

    Construit dans une tranchée, il est ensuite recouvert de terre, ce qui le protège, mais aussi le soustrait à la vue. A intervalles réguliers, des regards couverts de dalles permettent d'assurer les visites et l'entretien de l'aqueduc.

     

    DSCI0005-2.jpg

     

    Le pont-siphon de Beaunant

     

    Généralement pour traverser un vallon, le canal est installé sur des arches en maçonnerie plus ou moins importantes selon la profondeur du vallon. Un tel ouvrage est appelé "pont canal".

    Les arches sont recouvertes d'un parement de petites pierres à face carrée qu'on désigne souvent sous le nom de "appareil réticulé" destiné à les protéger des intempéries et des chocs. Les arches sont constituées de couches alternées de maçonnerie et d'arases* en brique (arase* : niveau supérieur d'un ouvrage de maçonnerie servant de base pour la suite de la construction).

     

    DSCI0006-1.jpgCependant pour traverser des vallées importantes il faut faire appel à l'emploi de siphons qui sont des tuyauteries utilisant le principe des vases communiquants, et reliant un canal d'arrivée et un canal de départ.

    DSCI0007-1.jpgA Beaunant la vallée de l'Yzeron a une largeur de 2600 mètres et une profondeur de 140 mètres. Au fond de la vallée on a construit un pont en maçonnerie qu'on appelle "pont siphon", de 270 mètres de long, 17 mètres de haut et 7,35 de large sur lequel reposaient 12 tuyaux de plomb parallèles de 27 cm de diamètre, posés côte à côte. Pourquoi 12 tuyaux ? Pour pouvoir supporter la pression de l'eau, ce qui n'aurait pas été possible avec un seul tuyau. On évalue entre 5 et 6.000 tonnes le poids de plomb qui a été utilisé.

    DSCI0008-1.jpgLe frottement de l'eau dans les tuyaux entraînait une "perte de charge" de 9 mètres. Si, au lieu d'installer un siphon on avait voulu construire un pont canal comme le Pont du Gard dont la longueur était de 275 mètres et la hauteur de 49 mètres, il aurait fallu imaginer un ouvrage d'une longueur de 2.600 mètres et haut de 140 mètres qui aurait été de 15 à 20 fois plus important que le Pont du Gard et irréalisable à l'époque romaine.

    DSCI0010.JPGA Sainte-Foy-lès-Lyon l'aqueduc du Gier est également visible chemin de Narcel (restes d'arches), rue Georges Clémenceau devant l'immeuble des Crêtes (restes d'arches) et dans le parc du Brulet (canal enterré). Ce dernier vestige a été aménagé pour la visite.

    DSCI0011.JPGTexte J. Burdy / J. Juillard, La Maison de l'Aqueduc, 69, route de la Libération, Sainte-Foy-lès-Lyon

    « Pour les gladiateurs, c'est pas sûrLe pont siphon de Beaunant et son environnement »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Juin 2013 à 12:41
    Moun
    Une belle inspiration suscitée par cette exposition fort intéressante. Le texte est d'une clarté et d'une pertinente efficacité. Bravo aux initiateurs de cette exposition relayée par tes soins qui me font découvrir une méthode de construction, l'ingéniosité de nos ancêtres !

    Merci
    Bises
    2
    Dimanche 30 Juin 2013 à 14:16
    lemenuisiart
    Superbe ce passage très agréable
    A bientôt
    3
    Dimanche 30 Juin 2013 à 14:20
    Thaddée

    J'ai rencontré un spécialiste des voies romaines et des ouvrages antiques, il était passionnant ! - Un Anglais ! C'est avec lui que je partirai en visite guidée à Chaponost au mois de juillet, un grand moment en perspective avec d'étonnantes découvertes !

    A bientôt Moun, un gros bisou.

    4
    Dimanche 30 Juin 2013 à 14:22
    Thaddée

    Merci Midolu ! Oui c'est extraordinaire comme ils avaient de la ressource, surtout mettre l'eau sous pression pour la faire remonter de l'autre côté, ça il fallait y penser !

    5
    Dimanche 30 Juin 2013 à 14:24
    Thaddée

    C'est ici que l'aqueduc de Sainte-Foy est le mieux préservé, c'est très beau à voir, et très émouvant, ça nous vient de si loin dans le temps ! Bel après-midi Christian, pense à te reposer ;-)

    6
    Dimanche 30 Juin 2013 à 19:22
    fanfanchatblanc
    En fait nous n'avons rien inventé ... nos ancêtres ont fait preuve d'intelligence et d'imagination...
    Ton article est fort bien documenté et passionnant. Merci à toi.
    Bisous et bonne fin de journée
    7
    Dimanche 30 Juin 2013 à 19:36
    Thaddée

    C'est vrai qu'on peut rester stupéfait devant tant de technique en ces temps reculés. La Maison de l'Aqueduc a apporté beaucoup d'eau à mon moulin ... ou plutôt à mon aqueduc ;-) Bonne soirée à toi aussi fanfanchatblanc et bon début de semaine, à bientôt !

    8
    Lundi 1er Juillet 2013 à 07:55
    Frimousse
    Tu vas être surpris, mais les acqueducs que tu montres, à mon Maître, ça lui fait penser aux deux fois où il a couru la Saintélyon !
    "Longer ces acqueducs éclairés, en fin de nuit, un matin de décembre, ça a de la gueule," qu'il dit, mon Maître.
    9
    Lundi 1er Juillet 2013 à 09:32
    Sirius
    J'avoue m'être désintéressé de ce blog suite à sa mise en sommeil prolongée il y a quelques mois, mais voici donc son retour, et le mien à l'occasion! J'avais découvert tout ces aqueducs de la capitale des Gaules dans une revue spécialisée il y a une vingtaine d'année, et les avais même suivis sur une carte. J'en ai vu un du côté de Tassin, mais pas le temps de m'arrêter, malheureusement. Merci pour cet intéressant reportage, et ses photos très bien choisies!
    10
    Mardi 2 Juillet 2013 à 13:08
    clodoweg
    Vraiment très intéressant.
    Je ne connaissais pas le principe du pont siphon.
    Bonne journée, amitiés.
    11
    Samedi 6 Juillet 2013 à 15:09
    Adam
    Bonjour Thaddée,
    vraiment un sujet passionnant, impressionnant, je suis conquis !
    Bisous, merci pour la découverte
    12
    Dimanche 14 Juillet 2013 à 13:43
    Thaddée

    Ah je veux bien le croire ton Maître ;-) Dis Frimousse ton Maître il courait ?

    13
    Dimanche 14 Juillet 2013 à 13:43
    Thaddée

    Merci Sirius et bon retour, tu es toujours le bienvenu ! Beau 14 juillet !

    14
    Dimanche 14 Juillet 2013 à 13:47
    Thaddée

    Moi non plus, c'est le spécialiste anglais des voies romaines et des ouvrages antiques qui m'a longuement expliqué et démontré le processus. Le 24 juillet je pars avec lui découvrir l'aqueduc à Chaponost, de grands moments en perspective ! Beau 14 juillet Clodoweg :-)

    15
    Dimanche 14 Juillet 2013 à 13:57
    Thaddée

    Voilà qui me fait très plaisir, merci Adam pour ton enthousiasme !

    16
    Lundi 15 Juillet 2013 à 07:59
    Frimousse

    Oui. Mon Maître il courait jusqu'à il y a huit ans. Il a dû arrêter. «nécrose du fémur». rien à voir avec la course puisque le second genou a la même chose de deux ans sans rien faire...

    Alors, ma Maîtresse court à sa place !

    17
    Dimanche 21 Juillet 2013 à 12:51
    Thaddée

    Et une opération n'est pas envisageable le Maître de Frimousse ?

    18
    Mercredi 24 Juillet 2013 à 07:49
    Le Maître de Frimous

    Le genou opéré et l'autre, c'est du pareil au même aujourd'hui. Alors !

    C'est ça, devenir vieux.

    19
    Mercredi 24 Juillet 2013 à 18:45
    Thaddée

    Eh oui je sais, je le vois tous les jours dans mon travail, mais tant qu'on a sa tête je dis que c'est le principal. Même si je comprends que toutes ces douleurs et ces empêchements ce soit lourd à porter au quotidien. Les gens me disent tous les jours : "C'est dur de vieillir" ...

    20
    midolu
    Samedi 14 Décembre 2013 à 10:11
    midolu
    Les techniciens étaient particulièrement ingénieux, et les bâtisseurs durs au travail ... Il y avait de l'ouvrage.
    Merci pour les précisions apportées au travers de l'article et des images, cela incite aussi à en savoir plus.
    Bon dimanche à vous, Thaddée, Félix, et tous les visiteurs !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :