• Le temps de Noël

    A la veille de Noël, voilà que ma vieille nervosité me reprend. Cela n'a rien à voir avec le stress de la course aux cadeaux. Non plus qu'avec le souci de préparer le repas du Réveillon. Rien de tout ça. Mais voilà : pour moi, Noël, c'est le vitrines et les rues illuminées, les sapins, les jouets. C'est la magie, la féerie, le merveilleux. C'était aussi, fut un temps, la famille. Mais depuis l'année dernière ... je ne saurais préserver ce rêve et cette joie enfantine de l'intrusion, dans ma vie, d'un Dieu totalitaire et malfaisant.

    Je veux rester intègre et, en même temps, ne pas blesser les miens par un rejet trop brutal de la religion.

    C'est là qu'est le problème, et là que le bât blesse. Comment rester ce que je suis (agnostique) sans m'attirer les foudres des croyants (surout des pratiquants). Alors je fais semblant. Du moins, je m'efforce de comprendre et d'accepter, même si tant de religiosité me dépasse et me stupéfie. Je m'efforce même de m'interesser aux raisons qui poussent mes proches à épouser aussi passionnément la cause de Dieu. Je travaille avec le coeur, tout en veillant à rester libre dans ma tête. Parce que je ne veux pas qu'on me rallie de force, ou par la persuasion, à quelque cause que ce soit. Je crois : que la foi vient de soi, qu'elle ne peut pas être imposée, ou "soufflée" par les autres.

    L'année dernière à la même date, j'ai dû résister à des pressions psychologiques qui s'apparentaient plus ou moins à de la manipulation, à un lavage de cerveau.

    Je sais que la première mission d'un chrétien, c'est de porter et de transmettre le message de Dieu. Mais je n'adhère pas à cette façon de faire, qui consiste à vouloir déteindre sur les autres (entendons par là les agnostiques, les non croyants, les non pratiquants).

    J'ai toujours eu à coeur de suivre mon propre chemin. Et si j'ai appris à respecter la pensée et l'engagement des traditionalistes, je n'écoute, pour ma part, que ma propre conviction.

    Je ne dis pas que Dieu est absent de ma vie. Je prie, quelquefois. Le plus souvent pour remercier, ou pour le repos de mes chers disparus. Mais je souhaite plus que tout me garder des génuflexions, chapelets et messes à répétition. Mon existence n'est pas si vide, qu'il me faille la combler de la sorte.

    Je ne juge personne. A chacun sa route. Mais je refuse qu'on me "convertisse à tout prix".

    Cette "trouille de l'avant-Noël" qui va empirer jusqu'au 25 décembre m'a inspiré quelques lignes assez sombres, lesquelles jurent, à mon grand regret, avec l'humeur légère, enjouée, qu'éveillent par ailleurs les préparatifs des Fêtes de fin d'année. J'adore la fête de Noël qui me rappelle les soirées délicieuses de mon enfance, les valses de Vienne qu'affectionnait mon grand-père, et la vitrine du magasin de jouets de Valence. J'adore la magie du givre constellant les petits carreaux de nos fenêtres, et le silence ouaté des rues enneigées toutes pailletées d'or et d'argent. Je fais ma crèche au Premier Dimanche de l'Avent, et n'y dépose le petit Jésus que le 24 décembre au soir. Même, il m'est arrivé de me rendre à la messe de Noël, et d'en ressortir avec des envies de danser, et de remercier le ciel d'être en vie, et d'avoir encore ma maman. Je ne nie pas qu'il émane des nuits de Noël ce charme impalpable d'une présence surnaturelle, et quelque chose d'une chaleur humaine qui veut bien me faire croire que nous sommes tous frères et soeurs sur la terre ds hommes.

    Mais.

    Trop c'est trop.

    Et moi qui n'ai pas du tout l'esprit mathématique, je fais trop confiance à la science pour croire naïvement qu'Adam et Eve, le serpent, la pomme ...

    Et je ne veux pas perdre mes jours à me repentir de je ne sais quel péché. Je ne veux point les confesser. J'ai ma conscience pour moi. Et Dieu n'a rien à voir là-dedans.


     

    Le temps file sa laine

    Il a tondu nos vies

    Nous sommes vieux et maigres

    Mortellement aigris

     

    Les hommes sont tombés

    Sous les obus les bombes

    Il reste moins d'humains

    Qu'on ne compte de tombes

     

    La religion la guerre

    Opposent tout le monde

    On dit qu'on croit en Dieu

    Mais on se tue l'un l'autre

     

    Et le temps se tricote

    Un manteau séculaire

    Il continue sans nous

    Qui terminons sous terre.

    Dieux antiques et modernes

    Ont enfanté des monstres

    Qui s'éventrent en leur Nom.

     

    Si Dieu n'existait pas

    Qu'aurions-nous inventé

    Pour nous entretuer ?

     

     

    Thaddée - Catharsis, 7 décembre 2013

    Je crois au Père Noël

    Et ne crois pas en Dieu

    Parce que le premier donne

    Et que le second prend.

     

     

     

     

     

    « La maison de ZoéProgrès-régression, c'est tout comme »

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Décembre 2013 à 11:54
    lemenuisiart

    Tu te pose bien des questions, dieu existe mais je sais qu'une chose celui qui va à la messe n'est pas toujours les plus croyants

    A bientôt

    2
    Samedi 7 Décembre 2013 à 12:55
    Moun

    Bonjour Thaddée,

    Je comprends et partage tes questionnements. J'ai 4 théologiens dans ma famille paternelle... Sont morts depuis mais une partie de la famille a gardé cette religion et dévotion acharnée, une autre s'en est complètement détachée surtout après que mon grand-père paternelle ait été défroqué pour épousailles :) 

    Je vis en dehors de la religion, des messes le dimanche mais je respecte d'où je viens, l'éducation judéo-chrétienne reçue mais cela s'arrête là.

     

    Bisous et no stress :)

    3
    Samedi 7 Décembre 2013 à 16:14
    Adam

     

     

    bonsoir Thaddée,

    ah, l'éducation judéo chrétienne....un générateur de culpabilité Apprends à dire non pour vivre en harmonie avec ton coeur !!

    Bisous et grattes grattes @Félix

     

    J'aime pas Noël et les sapins j'te dis

     

    4
    Samedi 7 Décembre 2013 à 21:45
    minouche89130

    Eh oui ma Thaddée tu me comprends bien pour moi non plus les fêtes ne sont plus ce qu'elles étaient. Mon frère ainé a beaucoup changé et dévenu égoïste d'un façon que je ne comprends pas. j'ai parfois l'impression que ça n'est pas mon frère. Chez nous ça n'est pas la religion mais sa religion à lui c'est l'argent! Mes neveux et nièces ne me mettent même plus un simple SMS pour les voeux alors que je m'en suis tellement occcupée et c'est moi qui si l'égoïste de la famille. Pour l'instant personne n'a parlé des fêtes chez nous et je n'ose pas en parler non plus. Nous serons tous les deux pour Noël comme d'habitude,heureusement que nous sommes si bien ensemble mais ça fait mal quand même. Le plus jeune qui est malade ne va pas comprendre et me dira que je suis têtue et que je dois céder pour la famille mais quand le coeur n'y ai pas... trop de méchantes paroles ont été dites sur mon manque d'enfants comme si cela avait été un choix de ma part!
    Pour le 1er janvier nous serons avec maman, m
    on Daniel et sa femme qui arrive du Gabon le 13 et là enfin je serais dans mon élément.
    Avec toi qui a tant de soucis avec tes parents tu me l'avais expliqué l'an dernier,nous pouvons nous comprendre. Comme j'appréhende cette période et comme j'ai hâte d'être en janvier et que tout ça soit fini! Je ne veux pas trop le montrer à Georges mais mon Dr le sais et me fais reprendre des anxiolitiques tous les ans à cette époque. Notre famille nous démolit parfois alors que nous voudrions que tout aille bien; surtout avec Daniel malade cette année.
    Bon courage à toi aussi d'ici là je sais que pour d'autres raisons tu ressens les même angoises que moi et c'est dur à supporter.
    Gros gros bisous ma douce à puissance XXL. Minouche

     

    5
    Samedi 7 Décembre 2013 à 23:53
    fanfanchatblanc

    Waouh ! J'ai échappé à tout cela.. alors Noël reste pour moi la fête des enfants et seulement cela.. bien sûr que ceux qui y voient autre chose aillent à la messe ou ailleurs.. et de toutes façons je déteste les fêtes obligées... je ne m'y suis pliée que pour le plaisir de mes enfants et petits enfants.. sinon le mois de décembre est l'un des plus tristes de l'année pour moi :

    mon oncle préféré est mort le 24 décembre 1955.. mon père le 19 décembre 1959.. alors tu peux comprendre que je "m'en tape de tout cela" et que mon coeur soit à jamais meurtri.. mais je joue le jeu... quand même..

    Je t'embrasse chère Amie 

    6
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 11:01
    Le Maître de Frimous

    Le plus grend service que m'ont rendu mes géniteurs c'est de me mettre, jusqu'à l'âge de 15 ans, dans des écoles catholiques, dont beaucoup tenues par des frères ou des prêtres.

    Pendant toutes ces années, ajoutées à l'éducation que m'avait déjà donnée mes géniteurs depuis ma naissance, on a eu tous les moyens de m'expliquer pourquoi que je devais croire. Et on m'a, en fait, expliqué pourquoi il ne fallait pas croire.

    Contrairement à toi, Thaddée, je m'accorde le droit de juger. Je ne juge pas en fonction de ma loi à moi, mais en fonction de ce que les autres professent. Je ne donnerai qu'un exemple : ceux qui se réclament « du Livre » - "Tu ne tueras pas" - et qui sont pour la peine de mort ou pour l'armée ne sont pas des gens respectables. Le Livre ne dit pas : "Tu ne tueras pas sauf si..." mais "Tu ne tueras.".

    Ceux qui respectent leur loi et n'essayent pas de me l'imposer, méritent mon respect.

    Je fête Noël ! Noël apporete de la lumière à une époqsue où les jours sont courts. Noël est un jeu pour les enfants, une occasion de revoir des amis, des cousins, des gens qu'ont souhaite revoir. Bien sûr, cette joie de Noël doit être particulièrement dure à supporter par ceux qui sont dans la peine ou la misère.

    Que peut-on faire pour eux ?

    Cesser de s'insurger contre l'impôt. Car l'impôt c'est la seule façon pour ceux qui ont plus de partager avec ceux qui ont moins.

    Tu imagines ma hargne contre les demandeurs de baisse de charges, contre les chantres du "trop plein fiscal", et autres poujadistes !

    Joyeux Noël, avec plein d'impôts dans les souliers !

    7
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 11:13
    Thaddée

    Il y a beaucoup à dire ... mais tout est déjà si bien dit que je n'ajoute rien. Merci pour ce commentaire explicite le Maître de Frimousse.

    8
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 11:17
    Thaddée

    Ah, si en plus le mois de décembre est associé à des décès et des deuils, c'est difficile de faire la fête ... Je comprends Fanfan. Pour moi ça reste une très belle fête que j'ai toujours aimée. Le seul problème c'est ce que j'en dis dans mon article : je veux faire plaisir aux miens, surtout ne pas les blesser, mais je ne veux pas non plus me laisser embarquer dans les prêches, ça me gâcherait mon petit Noël. Je ne suis pas contrre la religion, puisque je déplore à plus d'un titre que les Illuminations du 8 décembre aient perdu leur caractère religieux (elles l'étaient à l'origine) mais je refuse que la religion vienne à gérer toute ma vie, ce n'est pas mon état d'esprit !

    9
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 11:28
    Thaddée

    A vrai dire je comprends maman. Quand mon père est mort, le vide a été tel qu'elle s'est tournée résolument vers Dieu. J'accepte et même je comprends (l'année dernière je n'acceptais pas, je ne comprenais pas). Le tout, c'est, moi, de rester comme je suis, libre de suivre ma route, parce que je suis heureuse à ma façon sur ma route, je ne gagnerais rien à en  changer. Il n'y a pas mieux que soi-même pour savoir exactement ce dont nous avons besoin.

    Les Fêtes de Noël sont à bien des égards, pour une multitude de gens, une épreuve difficile à passer. C'est un stress qui peut dégénérer en crise d'anxiété. Je n'en suis pas loin, j'appréhende beaucoup le 25 décembre à présent. Que faire ... J'ai envie, aussi, de voir ma famille. J'ai la chance que maman soit encore en vie, je ne peux pas refuser son invitation qui vient du coeur.

    Enfin je verrai bien ce jour-là.

    Je comprends bien que cette année cette période de Fêtes soit encore plus douloureuse pour toi. Si tu peux effectivement te retrouver avec des gens qui t'aiment bien, c'est mieux. Préserve-toi des hostilités qui risqueraient de te faire encore plus mal. Tu as déjà bien assez de soucis, de peine, et de regrets ...

    Je t'embrasse très fort ma Minouche, de tout coeur avec toi, bon courage pour tout ♥♥♥.

    10
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 11:32
    Thaddée

    Je reconnais mon vroum vroum sur l'image . Oh pour dire non j'ai appris à dire non, ça sort tout seul maintenant, non, non, NON !!! Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! Alors toi non plus tu n'aimes pas Noël ? Tu préfères les serpents, les dragons, et les princesses toutes moches ? Félix et moi on t'embrasse très fort Adam, passe un beau dimanche.

    11
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 13:49
    Eric-le-peintre

    Bonjour Thaddée. Un chouette échange que tu as ouvert là! 

    Le Bouddha a dit: ne croyez rien de ce que les autres vous disent de croire, pas même ce que moi je vous dis. Croyez par vous-mêmes!

    Le problème des religions, c'est qu'elles sont instrumentalisées par les pouvoirs politiques, quels qu'ils soient. Je prends un exemple parmi d'autres. Les dogmes catholiques les plus absurdes et les plus inutiles (infaillibilité pontificale par exemple) ont étés dictés pour des impératifs politiques et non religieux. Lire le livre "Histoire secrète du Vatican" par l'écrivain et journaliste italien Corrado Augias, c'est un livre d'histoire édifiant sur la question. 

    Moi pour ma part j'ai fait une expérience qui m'a complètement changé, je n'ai plus peur de la mort mais j'ai aussi pris mes distances avec toute institution religieuse. Maître iconographe dans l'Eglise Orthodoxe j'ai renvoyé tous mes élèves. Chrétien, je pense que les Evangiles n'ont pas pris une ride (il faut savoir les lire à la manière du Midrash) mais tout ce qui vient après ne vient, bien souvent, qu'assombrir le message de départ: devenez Christ, devenez Bouddha. On est tous étincelles de Hachem. J'ai aussi remarqué qu'il y avait un fond commun dans toutes les religions que j'ai approchées, que le Christ n'était pas loin du Bouddha. Dés qu'il y a théologie il y a bien souvent dérapage par rapport à des choses qui nous dépassent. La plus part des théologies sont pré-Einsteiniennes, c'est à dire qu'elles n'ont pas intégré la relativité du temps, de l'espace et des dimensions restreintes de notre monde et sont donc inadéquates par rapport aux dernières découvertes scientifiques. Pourtant je n'ai pas rejeté le Christ car son message est au-dela de tout discours théologique 

    Comment être avec les autres lors de ces fêtes? Personnellement j'essaye d'adapter ma conversation à mes interlocuteurs. Si j'ai un Catholique intégriste devant moi, je vais éviter ce qui nous sépare et tenter d'amorcer une discussion sur ce qui peut nous rapprocher. Mon meilleur ami qui se dit agnostique est plus proche d'un panthéisme antique et dionysiaque que de mon christianisme à moi et pourtant nous avons des conversations passionnantes et respectueuses de l'autre. Aucun de nous n'essaye de "convertir" l'autre: dans l'amitié on sait que chacun sert de révélateur à l'autre, révélateur sur lui-même! Et concernant cette légende de la crèche il y a tant de choses passionnantes à dire...

    Ce qui m'irrite le plus dans ces fêtes c'est le vide qui les entoure, le sens perdu qui devient donc un non-sens un peu de la même eau que Halloween...

    Bisous chère Thaddée, ne t'en fais pas trop, je penserai très fort à toi à Noël et toi penses à moi 

     

    12
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 14:36
    Thaddée

    Quel commentaire enrichissant, rassurant tu nous proposes là Eric ! C'est comme si je voyais tomber les obstacles un à un ... Je n'ai pas ta culture, loin de là, mais ton approche des religions, de leurs messages, et de leurs messagers, m'ouvre les yeux sur quantité de questions que je ne m'étais pas posées. Tu as cent fois raison : pourquoi redouter de se trouver en face de quelqu'un qui "croit" autrement que nous. Nous sommes bien assez forts, bien assez ouverts aussi, pour écouter et engager la conversation sans déclencher, sans entretenir de polémique. Je pense que l'écoute et le dialogue sont le meilleur moyen de comprendre les choix de l'autre. Ton message à toi, très positif, plein de références, sage et confiant, m'ouvre le coeur et les yeux. J'aborderai Noël avec moins de réticence et d'anxiété, j'aborderai Noël comme si c'était mon premier Noël et que j'avais tout à découvrir de cette Fête si ancienne, antique même si l'on repense à ses origines. Un grand merci pour ton implication dans ce vaste sujet Eric, un grand merci du fond du coeur, tu viens de m'apporter l'aide dont j'avais besoin pour me libérer de mes peurs. Je t'embrasse très fort et te dis à bientôt, avant Noël j'espère .

    13
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 15:01
    Thaddée

    Oui Christian, je me pose beaucoup de questions sur la façon dont je dois me positionner vis à vis des miens qui sont très pratiquants et qui voudraient bien me voir m'engager dans cette voie. C'est une situation plus délicate qu'il n'y paraît.

    14
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 15:05
    Thaddée

    Je suis un peu comme toi, j'ai reçu le baptême, j'ai fait mon cathéchisme, ma confirmation ... je suis dans l'éducation religieuse qu'on ma donnée, je la respecte et ne la renie pas, mais je ne souhaite pas m'engager plus avant parce que je n'en ressens pas le besoin pour l'instant. Si je devais un jour éprouver le désir d'aller à la messe, j'irais de moi-même. C'est là quelque chose de très personnel qu'on ne peut pas se laisser dicter par les autres, autant qu'on les aime et qu'on les respecte.

    15
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 18:00
    flipperine

    à chacun ses idées, moi aussi je prie, je crois encore à ce Dieu mais je ne veux plus pratiquer, aller à ses offices trop de gens m'ont déçus, certains comme on les appelle de vieilles grenouilles de bénitier et pourtant Noël c'est magique chez moi il y a tjs la croix, des crêches, des vierges mais moi aussi je me pose des questions si Dieu se dit bon pourquoi toutes ces guerres qui font tant de morts et souvent des innocents

    16
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 18:31
    Thaddée

    Parce que l'homme est libre de choisir sa destinée. S'il choisit de faire du mal aux autres, c'est de sa responsabilité. Ce n'est pas la faute de Dieu ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :