• Permanence du passé

    Par Thaddée © 8 décembre 2013, Catharsis

     

     

    Moi je porte des pierres / Pour nourrir la montagne / Et j’apporte de l’eau / Pour déborder la mer / Je transporte des fleurs / Pour rafraîchir les villes / Et puis dans mes valises / Tout mon amour pour toi

    J’invite le soleil / Aux tuiles de ton toit / La lune et les étoiles / Au chevet de ton lit / La douce pluie de sable / Aux portes du sommeil / Et puis dans mes valises / Un livre écrit pour toi

    Je marche sur la grève / Et gravis la falaise / L’orage ni la neige / N’arrêtera mes pas / Je porte mes valises / Et j’avance vers toi

    Les herbes ébouriffées / Se mêlent à tes cheveux / Le ciel sert de miroir / A tes regards bleu-gris / La chaleur de ta chair / A le parfum du blé / Je marche et marche encore / Dussé-je me blesser / Mon amour mon amour / Aux cailloux de la route

    Si les caillots du doute / Me montent au cerveau / De vingt cerfs-volants rouges / Egarent ma raison /Si je tremble si je tombe / Que tu doives m’attendre / Encore trente secondes / Sois sûre au fond de toi / Que malgré tout j’arrive / Même si mes valises / Me tirent sur les bras

    Mon amour me voilà

    Et l’air sent le lilas / Parce que c’est le printemps / Saison des sentiments / Et de la renaissance / Il n’y a plus d’hiver / Si tu veux croire en moi / Les univers sont vierges / Au jeune aventurier / Qui laisse la tristesse / Au pied du vieux platane / Ayant jeté la clé / De l’horrible cabane / Et s’étant délivré / Des mauvais souvenirs

    Mais je porte des pierres / Et de bien sombres livres / Qui pèsent un peu trop / Dans mes pauvres valises / Il n’y a pas de route / Qui me conduise à toi / Pas de sable ou de sel / Qui dessèche mes plaies / Ni de rêve éveillé / Parce que la place est prise / Et que mon cauchemar / Avait les yeux bleu-noir

    Je suis dans ses valises / Un tout petit trou d’air / Un petit peu de terre / A peine suis-je moi / Que des bris de miroir / Absence de mémoire / Un grand puits noir et froid..

    « Fête des Lumières 2013, Hôtel de Ville, LyonL'aube des fins d'année »

  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Décembre 2013 à 09:32
    Sabine

    Bonjour
    Mon association « J’attends donc je lis »  propose de publier des textes courts 5 fois par an. (Gratuitement, bien sûr !)
    Vous pouvez tenter votre chance avec notre petit concours en proposant vos propres textes à cette adresse:


    http://jattendsdoncjelis.unblog.fr/


    Cordialement

    Sabine, la présidente

    2
    Lundi 9 Décembre 2013 à 10:54
    orfeee45

    ... mais il n'est pas sans fond / Des reflets s'en émanent / ni d'eau ni sable ni pierre / des mots précieux pour geindre / comme l'enfant naissant / criant la joie d'avant / impossible à taire...

    3
    Mardi 10 Décembre 2013 à 14:15
    flipperine

    ton texte commence sur un air de gaieté mais se termine bien tristement il faut faire face et reprendre le dessus la vie continue

    4
    mirotine
    Samedi 14 Décembre 2013 à 10:03
    mirotine

    Coucou thaddée ! ton blog est d'une grande beauté !

    alors toi aussi tu aimes julien doré ! c'est mon artiste préféré du moment

    5
    mirotine
    Samedi 14 Décembre 2013 à 10:03
    mirotine

    je rajoute , texte puissant et magique .

    6
    Dimanche 15 Décembre 2013 à 02:50
    Anne-Marie (Mistic)

    Je retrouve toute la puissance,le souffle, la profondeur de ton verbe... Inimitable Thaddée, comme j'aime ta poésie à la fois sombre et belle !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :